Votre capsule historique hebdomadaire : Pierre de Coubertin, le père des Jeux olympiques modernes

Dans le cadre de cette série de capsules historiques portant sur les Jeux olympiques, nous présentons aujourd’hui l’histoire de Pierre de Coubertin, personnage aujourd’hui considéré comme le père des Jeux olympiques modernes.

Pierre de Coubertin. Source : CIO — Rapport officiel du Comité international olympique, 1912.

Né en France en 1863, Pierre Fredy, baron de Coubertin incarne les valeurs évoquant la supériorité sociale de la classe dont il est issu, l’aristocratie. Admirateur de la Troisième République française (1871-1914), il milite tout au long de sa vie pour que la France retrouve sa fierté et son prestige perdus lors de la guerre francoprusse dont elle est défaite en 1870. Lors d’un séjour en Angleterre, Pierre de Coubertin développe une passion pour le rugby, sport d’équipe introduit dans les écoles et les collèges par Thomas Arnold. Le sport, tel que vu par ce dernier, constitue un moyen de canaliser l’agressivité que peuvent ressentir les étudiants pour que celle-ci leur soit bénéfique et forge leur caractère. Le baron de Coubertin développe à ce moment un sentiment d’admiration pour le système scolaire anglais : c’est ce qui le motive à vouloir réformer l’école française, qu’il critique vivement.

Dans les années 1890, il siège au sein de l’Union des sociétés françaises de sport athlétique. Athlète aguerri

Le Comité international olympique en 1896 (CIO). Le baron de Coubertin est le quatrième personnage debout en partant de la droite. Domaine public.

pratiquant la boxe, la course et le tennis, il conçoit alors le sport comme un vecteur d’ouverture sur le monde, de diplomatie et d’amitié entre les peuples. En 1892, il présente sa proposition de rétablir les Jeux olympiques, laquelle est finalement acceptée en 1894. Il constitue alors le Comité international olympique (CIO) et les premiers Jeux olympiques modernes se tiennent à Athènes en 1896. Bien que le baron doute du bon déroulement de ces Jeux, organisés hâtivement, ceux-ci attirent plus de 120 000 personnes dans une ville qui n’en contient que 100 000. L’événement compte neuf sports et 43 épreuves lors desquelles 81 athlètes issus de 12 nations compétitionnent. Il convient de noter qu’on n’y retrouve que des athlètes masculins, la participation des femmes au sport étant considérée comme insensée à l’époque. Pierre de Coubertin, notamment, considérait que la gent féminine n’était apte qu’à décerner les prix et les médailles.

Après des Jeux décevants à Paris en 1900, alors en compétition avec l’Exposition universelle tenue également dans la ville des Lumières, les Jeux reprennent de plus belle à Saint-Louis (1904) et à Londres (1908) où ils connaissent un vif succès. Durant la Première Guerre mondiale, l’Allemagne et l’Autriche sont exclues des Jeux. Le quartier général du CIO déménage à Lausanne, en Suisse soit un pays neutre durant cette période d’adversité. Dès lors, le baron, vieillissant, se retire de l’organisation des Jeux olympiques auxquels il assiste en retrait. Au début des années 1930 toutefois, il appuie la tenue de la compétition à Berlin (1936), malgré la montée au pouvoir des nazis et l’appel mondial du boycottage. Il décède en 1937 à Genève et conformément à ses dernières volontés, son cœur est emmuré dans un monument de marbre sur l’ancien site d’Olympie. Aujourd’hui, le legs de Pierre de Coubertin, certes controversé par ses positions sociales critiquées, influence notre conception des Jeux contemporains : le sport est à certains égards conçu comme un moteur de dépassement de soi, de sacrifice et de persévérance, mais également de rencontres et d’échanges.

Monument contenant le cœur de Pierre de Coubertin à Olympie.

Brève bibliographie

Attali, M. et Le Yondre, F. (2022) Olympic Education in France: A Legacy Issue or the Promotion of a Model in Crisis? Social Sciences, 11(2).

Brohm, J. M. (2008). Pierre de coubertin, le seigneur des anneaux : aux fondements de l’olympisme (Ser. Horizon critique). Éditions Homnisphères.

Comité international olympique. (2019). Hommage à Pierre de Coubertin : le génie français du sport à l’origine des Jeux Olympiques modernes. [En ligne], https://olympics.com/cio/news/hommage-a-pierre-de-coubertin-le-genie-francais-du-sport-a-l-origine-des-jeux-olympiques-modernes.

Radio-Canada. (6 février 2020). PIERRE DE COUBERTIN, PÈRE IDÉALISTE DES JEUX OLYMPIQUES MODERNES. Émission Aujourd’hui l’histoire, https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/aujourd-hui-l-histoire/segments/entrevue/153878/pierre-coubertin-pere-idealiste-jeux-olympiques-modernes-laurent-turcot.

Violette, L.  (2020). Pierre de Coubertin, l’histoire et la mémoire.  Modern & Contemporary France28 (1), 51-69. DOI: 10.1080/09639489.2019.1620188.