Votre capsule historique hebdomadaire : le système métrique !

Au cours des siècles, de nombreuses unités ont été définies comme étalons pour mesurer différentes données physiques notamment la distance, le poids, le volume, la température.

Voici un exemple d’unités où, pour des références semblables, les longueurs varient.

Un des systèmes les plus faciles à comprendre est le système métrique, officiellement nommé Système international d’unités (SI). Un de ses grands avantages est l’uniformité des symboles dans toutes les langues.

Pour la mesure des longueurs, tout est basé sur le mètre qui peut être décliné en kilomètre, décimètre, centimètre ou millimètre. Beaucoup plus facile à mémoriser que les unités du Système impérial d’unités (tel que nommé depuis 1824) où 12 pouces équivaut à 1 pied, 3 pieds à une verge, 5280 pieds à un mille.

Le litre est défini comme un volume correspondant à un cube dont les arêtes mesurent 10 centimètres. Ainsi, 1000 cm 3 correspondent à un litre. Cette définition est la seule acceptée par le Bureau international des poids et mesures.

De façon analogue, une mesure des poids basée sur le gramme est simple : 1000 grammes pour un kilogramme et 1000 kg pour une tonne. C’est plus simple que 16 onces pour une livre et 2000 livres pour une tonne.

Les repères pour la température sont faciles : 0 degré Celsius correspond au point de congélation de l’eau (vs 32 degrés Fahrenheit) tandis que 100 °C correspond au point d’ébullition (vs 212 °F).

Bien que le système métrique ait été légalisé au Canada en 1871, le système impérial britannique est resté prédominant pendant plus d’un siècle. Au milieu du 20 e siècle, les échanges commerciaux entre les pays militent pour utiliser un système de mesure international. Le système impérial est compliqué pour les échanges, même entre les États-Unis et le Canada qui n’ont même pas la même définition du gallon.

En janvier 1970, le Livre blanc sur la conversion au système métrique au Canada établit qu’un seul système de mesure, fondé sur les unités métriques, devrait être utilisé pour toute mesure, y compris dans les lois. La Loi sur les poids et mesures est modifiée au Parlement en 1971 afin de faire du Système international (SI) l’usage courant au Canada. En 1971, le Parlement vote la Loi sur l’emballage et l’étiquetage des produits de consommation, selon laquelle les étiquettes doivent indiquer des unités métriques sur la majorité des produits de consommation.
Une commission est mise sur pied afin d’assurer la planification et la coordination de la conversion dans tous les secteurs de l’économie canadienne et d’informer la population l’information. À compter de 1973, une centaine de comités sectoriels regroupent des membres d’associations nationales ou d’organisations importantes qui représentent le milieu des affaires, l’industrie, les consommateurs, les travailleurs, la santé, l’éducation et le gouvernement. Chaque comité sectoriel doit préparer un plan de conversion, le faire approuver par la commission et suivre son implantation.

Un changement de système graduel

  • À compter du 1 er avril 1975, la température sera donnée seulement en degrés Celsius. En septembre 1975, les précipitations, sous forme de pluie ou de neige, sont calculées respectivement en millimètres et en centimètres.
  • À compter de septembre 1977, les panneaux de signalisation indiquent la distance en kilomètres et la vitesse en kilomètres/heure. Parallèlement, les nouvelles voitures sont équipées d‘indicateurs de vitesse et d’odomètres gradués en unités métriques.
  • En janvier 1979, les stations-service commencent à vendre l’essence et le diesel au litre.
  • En décembre 1980 (date limite d’utilisation des unités impériales), les commerces de meubles et de tissus doivent annoncer et vendre leurs produits au mètre et au centimètre uniquement.
  • La conversion des balances dans les épiceries commence à l’été 1979 par un projet pilote dans trois régions :Kamloops, Peterborough et Sherbrooke. La suite est retardée par le gouvernement conservateur minoritaire dirigé par Joe Clark. La conversion reprendra en janvier 1982 sous le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau. À compter de décembre 1983, les 35 000 épiceries du Canada sont tenues de n’afficher les prix des produits qu’au kilogramme ou aux 100 grammes et de vendre les produits selon le système métrique.
  • Le gouvernement conservateur de Brian Mulroney permettra d’utiliser plus d’un système dans certains cas, notamment pour l’essence et le diesel, ainsi que dans l’ameublement. En 1985, certains petits commerces sont exemptés de l’installation obligatoire des balances métriques.

Et 50 ans plus tard …

On parle encore de 1000 pieds entre deux rues et d’un appartement qui fait 1000 pieds carrés. Par contre, sans doute grâce aux odomètres de nos véhicules, nos parcours sont mesurés en kilomètres et la vitesse en km/h. Les règles utilisées par les écoliers ont souvent un côté gradué en cm et l’autre en pouces. Bien que le permis de conduire indique la taille du détenteur en mètre et centimètres, beaucoup de gens mentionnent encore leur taille en pieds et pouces et surveillent leur poids en livres. Les verges (yard en anglais) ont disparu sauf au football.

À l’épicerie, le poids sur les emballages est souvent indiqué dans plusieurs unités de mesures et certains formats sont encore alignés sur les anciennes mesures. Par exemple, un paquet de beurre pèse 454 g, un pot de mayonnaise fait 890 ml et les bières 341 ml (on boit 11 ml de plus que les gens en France !). Sur les dépliants publicitaires, on affiche le prix par livre alors que le prix sur les emballages est en $/kg. La bouteille de vin standard est de 750 ml. Par contre, pour les spiritueux (vodka, gin, …), ce sont parfois les anciennes bouteilles d’une capacité de 40uk fl oz qui sont maintenant identifiées à 1,14 litre.

Les gallons sont encore utilisés pour les grands volumes. On perpétue ainsi la confusion entre le gallon américain (3,8 l) et le gallon britannique (4,5 l). La pinte (1/4 de gallon) est utilisée dans certains cas ou dans certaines expressions : une pinte de lait pour désigner un litre de lait.

On utilise les degrés Celsius pour la température de l’air, mais souvent les degrés Fahrenheit pour celle de l’eau.

Pour lire toutes nos capsules historiques, cliquez ici

Évènements à venir